Monument historique

Publié le par Paul Perrissel

Monument historique

Comme tout vieux poulpe qui se respecte, je grossis... Oui je grossis, de plus en plus riche d'expériences, de vécus, de rencontres voire de connaissances mais surtout de l'amour de mes proches... (bon là je fais une petite digression poétique pour tenter de justifier ma surcharge pondérale essentiellement due à de la gloutonnerie). Donc je disais que je grossis et qu'en tant que poulpe je dois trouver un trou de plus en plus XXL. Et, l'age aidant, le poulpe prend des goûts de luxe, et franchement je n'ai plus envie de loger dans une petite excavation de roche exiguë mais je me prends à rêver d'épave ! Une belle épave posée au fond d'une eau claire, une épave avec une belle histoire, un beau bateau en bois. (L'épave est aux poulpes ce que les châteaux de la Loire sont aux hommes)

Mais je ne rêve pas de n'importe quelle épave; petit poulpe, je revois un bateau à la coque rouge et blanche qui parcourait les océans; il faisait l'admiration de tous mes congénères aquatiques et notre émerveillement était total quant nous voyons plonger ces hommes à l'allure futuriste qui venaient nous rencontrer en toute tranquillité. Un peu effrayés par leurs bulles, nous avons vite compris qu'ils nous admiraient autant qu'ils nous étonnaient. Ce bateau a parcouru toutes les mers du monde pendant des décennies contribuant à nous faire connaitre par tous.

Et puis, un jour l'aventure s'est arrêtée, d'abord un naufrage dans la mer de chine, puis la mort de son pacha. Commença alors une errance fatale. Comme les poulpes, les bateaux dépérissent vite hors de l'eau. Apres plusieurs escales funestes, où chacun proposait sa solution, ou certain se prirent à rêver de transformer un navire et son histoire en caisse enregistreuse, la majestueuse embarcation devient progressivement rafiot et pour finir aujourd'hui tas de rouille. Il n'y a plus vraiment d'espoir que la nymphe des plongeurs finisse dignement au fond des mers et encore moins qu'elle renavigue. La mythologie conte que c'est Calypso qui reteint Ulysse à terre, la réalité fut que ce sont les hommes qui ont retenu Calypso à terre et elle en est morte .

Alors vieux et jeunes poulpes, retournons à nos trous, les terriens ont ratés l'occasion de concrétiser une belle légende, ce ne sera pas la première fois et certainement pas la dernière. Finalement le suis content de n'être qu'un vieux gros poulpe.

Publié dans Jet d'encre

Commenter cet article