Ne passons pas à coté des bonnes choses

Publié le par Paul Perrissel

Ne passons pas à coté des bonnes choses

Bonjour à tous ! J’espère que je vous ai manqué pendant ces presque deux mois de trêve estivale… La règle veut que je n’utilise que mon ordinateur de plongée pendant les vacances et donc je ne mets pas le nez sur mon pc. Mais le poulpe pense à vous quand même !

Pour ce petit billet de rentrée, nous allons rester dans l’eau (remarque on en sort rarement). Aujourd’hui, je me la joue plongeur testeur, et pour toi lecteur, j’ai pris les risques les plus fous.

J’ai donc plongé en sidemount… sidemount ? En français « montage sur les côtés » (certains disent aussi « plongée à l’anglaise ») est une technique de montage des bouteilles issue de la plongée spéléo. Nos amis les caverneux, ont besoin, parfois, de décapeler leurs blocs pour passer dans un boyau étroit et ainsi de pousser la bouteille devant eux. Avec une bouteille sur le dos, c’est impossible, ils ont donc opté pour mettre la ou les bouteilles sur le côté pour qu’elle soit plus accessible. Je vous rassure, la plongée spéléo ce n’est pas trop mon truc, avant de palmer dans un trou boueux et froid, il faudra vraiment que je sois blasé de l’eau bleu et chaude des océans. Bref, pour revenir au sidemount, on peut voir de plus en plus de plongeurs avec ce type de montage. Effet de mode ? Vraie avancée ? C’est ce que l’on va voir.

Tout d’abord, plantons le décor. L’expérimentation se passe en Espagne, avec Don Gérard un vieux poulpe marqué par ces multiples combats et El Ludo, jeune poulpe fringant et enthousiasme. Après avoir loué le matériel, le club hispanique me demande si je suis bien titulaire de la certification sidemount… Heu oui oui bien sûr, j’ai tout ça mais pas sur moi… Bon pas de problème alors ! L’équipement est plutôt simple, pas de stab, mais juste un harnais avec une petite vessie dans le dos, simple, léger. On tâtonne un peu pour le mettre mais bon cela a l’air de tenir. Je récupère 2 blocs alu de 12 litres! Ouala je suis parti pour des heures sous l’eau avec une telle quantité d’air. Chaque bloc est équipé d’un détendeur et d’un mano avec des flexibles courts. Finalement, il n’y a pas plus de matos qu’avec un équipement classique si ce n’est un deuxième bloc.

Ne passons pas à coté des bonnes choses

Je galère un peu pour accrocher les deux blocs de chaque côté du harnais avec des mousquetons mais ce n’est pas pire que de soulever son cul du banc du bateau avec un 15 litres et la stab avec ses poches à lest pleines de ferraille. Hop, saut droit, nickel et c’est partie dans une eau cristalline et surtout chaude (je veux bien être plongeur testeur mais que dans l’eau claire et chaude !)

Et là, sous l’eau, c’est génial, les bras appuyés sur les bouteilles latérales, la position est très confortable, pas de bloc dans le dos, je suis très stable, parfaitement allongé, et la stabilisation est optimum avec la vessie dans le dos. Les détendeurs sont à portée de main ainsi que les manomètres. Il suffit de passer d’un détendeur à l’autre tous les 30 bars environ (valeur que j’ai définie complètement arbitrairement). La plongée est géniale, nous évoluons entre 40 et 30 mètres, je me sent vraiment très bien, absolument pas gêné par mes 2 blocs bien au contraire. El Ludo veille attentivement sur moi et après plus d’une heure nous décidons de ressortir (Avec mes 24 litres j’avais encore de la marge !). Le palier se passe bien dans la position allongée, évidement il parait moins confortable de se tenir droit, surtout que les 12 litres alu sont un peu encombrants. Un petit tour sur l’ascenseur du bateau et me voilà sur le pont (Ah oui, en Espagne, les clubs ont vraiment intégré la notion de plongée loisir…)

Ne passons pas à coté des bonnes choses

Conclusion de cet essai bien agréable : le montage sidemount est vraiment confortable : position très stable, stabilisation confortable, palme optimum. Du point de vue sécurité, c’est même mieux qu’avec un équipement classique, en effet, tout est en double et tout est accessible (fini de chercher le mano passé derrière, fini les flexibles emmêlés et trop courts et en cas de fuite on identifie tout de suite le problème). Le matos est bien moins encombrant finalement, petit harnais, petits flexibles, et 2 petits blocs plus faciles à manipuler et à porter qu’un gros 15 litres.

Il reste cependant quelques petits bémols ou tout au moins quelques interrogations. La position verticale est moins aisée, il faudrait n’avoir que 2 blocs de 9 litres pour ne pas être gêné. Je me demande comment cela se passe s’il faut palmer en surface pour rejoindre le bateau et pour remonter à l’échelle avec 2 blocs sur le cotés. Enfin en surface la vessie dorsale ne vous maintient pas la tête hors de l’eau, mais c’est le même problème avec une stab dorsale. Enfin, mon harnais n’avait pas de poche à l’est et j’ai dû remettre une cartouchière de plomb, il semble cependant qu’il existe des poches à plombs adaptables sur les harnais.

Les conseils du vieux poulpe ? Cela vaut peut-être le coup de changer notre manière de plonger. Les fabricants se gavent avec le prix des équipements sidemount ! Mais je réfléchie à trouver 2 blocs de 9 litres, changer les flexibles de mes détendeurs et faire un montage sur ma dorsale pour voir comment cela se passe.

Dernière remarque, visiblement notre fédé n’a pas encore remarqué que le sidemount gagne du terrain, et ne propose aucune formation ni même recommandation contrairement à la concurrence américaine…

Publié dans Plongée Geek

Commenter cet article

Mom's 01/09/2015 11:47

Est-ce que la fédé propose des certifs sidemount ?

Le Poulpe 01/09/2015 14:11

Je ne suis meme pas sur que la fédé sache que le sidemount existe !

Cécile 01/09/2015 09:54

Intéressant tout ça... c'est vrai que point de vue sécu le double parait une bonne idée!

Tof 31/08/2015 21:52

Bonne rentrée et merci beaucoup pour ce retour !